FTF.PF > Actualités > A la Une > Football – Ligue des champions OFC : Scénario catastrophe pour Central

Football – Ligue des champions OFC : Scénario catastrophe pour Central

Le scénario a viré à la catastrophe à partir de la 20e minute

Le quart de finale de la Ligue des Champions OFC a eu lieu ce dimanche soir à Pater entre l’as Central et le club calédonien de Magenta. Après un match à sens unique, l’as Central a dû concéder une lourde défaite 8-0 contre les Calédoniens qui se sont montrés dominateurs. Magenta affrontera Auckland City en demi-finale de la compétition.

Le quart de finale de la Ligue des clubs champions de l’OFC a eu lieu ce dimanche soir devant un public nombreux. Ce dernier était composé principalement des supporters de Central, des quelques Calédoniens, des îliens participant au Festival des îles ainsi que de divers officiels du football international présents pour un séminaire en marge du Festival des îles 2019. Malheureusement pour Central et ses supporters, le scénario de la rencontre a viré à la catastrophe à partir de la 20e minute de jeu.

Avant la rencontre, les indicateurs n’étaient pas spécialement favorables. Malgré une campagne encourageante en Calédonie qui avait vu les Centraliens terminer premiers de leur groupe, depuis, Central montrait des signes de faiblesse en championnat. Avant ce quart de finale, Central avait enchainé deux défaites en championnat contre Pirae puis contre Tefana.

Le matin de la rencontre, le coach Efrain Araneda apprenait que deux joueurs titulaires étaient suspendus en raison de leurs cartons jaunes obtenus pendant la phase de poule, le défenseur central Jacques Wamytan et le capitaine et attaquant Fred Tissot. L’effectif était donc fragilisé, en défense comme en attaque.

Un quart de finale à sens unique en faveur des Calédoniens

Un match à sens unique

En début de rencontre, les Centraliens tiennent le coup malgré quelques frayeurs, et se procurent même quelques occasions. Mais à la 20’ tout bascule avec deux buts encaissés en deux minutes. Les Calédoniens obtiendront même un penalty, qui passe au-dessus de la barre transversale. Les Centraliens tentent de revenir dans le match et Lorenzo Tehau se procure une belle occasion mais sa volée rate le cadre. 2-0 à la mi-temps.

Central va une fois de plus réussir à tenir 15 minutes en seconde période avant de céder. Suite à une maladresse défensive, les Calédoniens inscrivent leur troisième but de la rencontre. Les rouges semblent dépassés par la situation. Les joueurs de Magenta sont vifs, précis et arrivent les premiers sur presque tous les ballons. Les Centraliens ne parviennent pas à poser leur jeu. Alors qu’il reste trente minutes à jouer, ils vont progressivement lâcher prise.

Les Calédoniens ont débuté leur championnat seulement en janvier (contre mi-septembre pour les Tahitiens) et ils sont arrivés en Polynésie la veille du match. Ils se sont pourtant montrés en grande forme physique et ils ont pu marquer cinq autres buts dont le dernier en toute fin de rencontre face à une équipe centralienne qui n’a rien pu faire pour inverser la tendance. SB / FTF

Parole à Efrain Araneda, coach de Central :

Une soirée où rien a fonctionné ?

 « Oui, en première mi-temps on sentait qu’on était pas dedans. Après, on s’est créé quelques occasions sans réussir à les mettre dedans pour emballer le match et espérer un match plus équilibré. En deuxième mi-temps, on a essayé de changer le système pour tenter de donner une autre image. On a pas réussi. Eux, à chaque fois qu’ils attaquaient, ils marquaient. L’efficacité était de leur côté. Mais nous, on avait pas le droit de lâcher mentalement. C’est peut-être à l’image de tous nos derniers matchs. C’est triste, mais c’est comme ça, il faut se relever et continuer. »

La dure loi du football ?

 « Oui, après quand tu te lèves le dimanche et tu apprends que ton attaquant titulaire est suspendu, que ton défenseur central gauche est suspendu, c’est compliqué. Tu dois tout changer. On l’a appris aujourd’hui lors de la commission technique, en raison de deux cartons obtenus lors de la phase de poule. On pensait que tout revenait à zéro après les phases de poule. Finalement, ce n’était pas le cas. Mais ce n’est pas une excuse par rapport à l’image qu’on a donné en deuxième mi-temps, on avait pas le droit de lâcher mentalement. Il faut assumer, il faut se ressaisir et trouver les erreurs commises. » 

Un dernier mot ?

 « Je voulais adresser des excuses au public tahitien car on a pas donné une bonne image. C’est dommage. Quand tu joues à la maison, normalement, tu dois avoir un petit avantage, on a pas saisi cet avantage. On s’excuse au nom du club et va essayer de se rattraper et continuer à bosser et à se dire que dans la vie, rien est acquis. Il faut continuer à chercher les objectifs, week-end après week-end. » Propos recueillis par SB / FTF

Parole à Alain Moizan, coach de l’as Magenta :

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance contre le frère ennemi tahitien, la sélection calédonienne s’était inclinée courant 2018 contre Tahiti ?

 « La sélection, ce n’est pas mon problème. Je ne m’occupe pas d’elle. Quand je m’en occupais, on avait battu Tahiti ici 4-0 en qualificatives de Coupe du monde, eux nous avaient battu en finale de la Coupe des nations, une finale que j’ai toujours en travers de la gorge. Je ne dis pas que c’est une revanche, puisque c’est mon club, mais je suis fier de le porter jusqu’à ce niveau-là. Notre objectif, c’était la demi-finale, on y est, mais évidemment, quand on arrive là on est gourmand. Ce sera une revanche contre Auckland City qui nous avait battus en match de poule. Cette fois-ci, on ne veut pas de regrets, donc on fera le nécessaire pour arriver à battre Auckland City. »

On a vu une équipe en forme qui vient pourtant de reprendre le championnat ?

« On a repris la saison depuis le 15 janvier, on travaille très dur, les joueurs sont habitués à travailler très dur. Si vous allez en Ligue des champions sans matchs dans les jambes, il faut être prêts physiquement. Ils étaient prêts physiquement, je pense qu’on a vu la différence entre une équipe bien préparée et une équipe qui ne l’est sûrement pas, je crois. » 

Quelques mots sur cette préparation justement ?

« On travaille dur physiquement, vous savez, je suis un ancien pro, je sais ce que c’est une préparation. J’étais un joueur très dur sur le plan physique. J’avais dit à mes joueurs que si on voulait réussir, si on voulait aller en demi-finale, il fallait travailler très dur. J’ai des joueurs qui ont explosé, qui ont changé de club entretemps. Après un mois de préparation, ils n’ont pas supporté, ils sont partis ailleurs parce que ce ne sont pas de grands courageux. Ceux qui sont là sont des combattants. Des résultats comme ça, cela leur fait comprendre qu’il faut travailler dur physiquement. Ils ont tous perdu beaucoup de poids. Dans le football amateur, vous savez ce que c’est. Les gens ne font pas très attention et moi je fais attention à ça. Ma balance est un de mes adjoints les plus précieux. Les joueurs sont maintenant demandeurs de cette balance. Ils ont fait le travail nécessaire pour être à niveau et on voit ce que cela donne. »

Comment vous envisagez la suite de la compétition ?

« On va jouer cette revanche contre Auckland City, ils nous avaient battus parce qu’en première mi-temps, on avait subi par peur, probablement. En deuxième mi-temps, on avait rectifié notre placement sur le terrain, on avait joué beaucoup plus haut, on les avait pressés, on les avait gênés, on était revenus à 2-1 mais on avait marqué de manière trop tardive. On sait comment ils jouent donc on sait comment on va les battre. » Propos recueillis par SB / FTF

 

 

Manuarii Hauata n’a rien pu faire contre les Calédoniens
Les supporters de Central étaient là pour soutenir leur équipe
Pas moins de huit buts ont été marqués par Magenta
Une haie d’honneur a été faite par les joueurs calédoniens en fin de rencontre

Related posts

Comment