FTF.PF > Actualités > A la Une > Football – Ligue des champions OFC : Qualification toujours possible pour Vénus

Football – Ligue des champions OFC : Qualification toujours possible pour Vénus

Vénus, un groupe constitué de beaucoup de jeunes

Après Dragon, qualifié pour les quarts de finale de la ligue des champions OFC 2018, c’était au tour de Vénus de rentrer en lice en Nouvelle Zélande face à Auckland City ce samedi. Vénus s’incline 7-0 face au septuple champion mais rien n’est perdu puisque les deux premiers du groupe C seront qualifiés. Venus affrontera le Lautoka FC (Fidji) cet après-midi puis les Papous du Madang FC dans trois jours.

Cela faisait plus de quinze ans que l’as Vénus ne jouait pas à l’extérieur du pays. On se souvient de cette belle victoire en play off en fin de saison 2016-2017 face à Tefana ayant permis à Vénus d’arracher sa qualification pour la Ligue des champions 2018. Depuis, Vénus a connu des hauts et des bas dans le championnat 2017-2018. Le club ne dispose pas de gros moyens et connaît des problèmes d’effectif dès qu’il y a trop de blessés.

Mais les jeunes joueurs de Vénus ont la gnaque, ils s’imposent même en championnat 3-2 contre Dragon fin janvier, cette même équipe de Dragon qui va terminer première de son groupe B en Ligue des champions OFC quinze jours plus tard. Le capitaine Teaonui Tehau est actuellement le meilleur buteur du championnat de Ligue 1. Tous les espoirs sont permis, surtout que cette année les deux premiers du groupe sont qualifiés.

Auckland City a monopolisé le ballon

Auckland City, la bête noire de la compétition

Auckland City a remporté la compétition sept fois d’affilée. La ligue des champions ne propose pas de « prize money » mais le vainqueur se qualifie pour la Coupe du monde des clubs qui elle assure 48 millions xpf à chaque club participant. Au fil des années, Auckland a donc pu se renforcer même si cette année l’OFC a décidé de baisser le quota de joueurs étrangers à trois (+1 océanien).

Dès la 6’, Auckland City trompe la défense de Vénus et marque le premier des quatre buts marqués en première mi temps. Auckland City en marquera trois autres en deuxième période. Auckland City monopolisant le ballon, Vénus ne parviendra pas à développer son jeu. Mais rien est perdu, Vénus affrontera cet après-midi Latuoka, deuxième du groupe C après avoir battu 3-1 Madang (Papouasie), puis Madang trois jours plus tard. SB / FTF

 

Faretua Maraetefau

Parole à Faretua Maretefau :

Vous vous attendiez à un match difficile ?

« Oui, on savait qu’on aller jouer à un niveau plus élevé qu’à Tahiti, on l’a bien vu contre Auckland, on a bien subi ça. Ils étaient meilleurs dans tous les secteurs de jeu, surtout dans la conservation du ballon. On a couru 90 minutes derrière le ballon. On a pas pu mettre en place les consignes du coach. Cela nous a perturbés, on ne savait plus quoi faire. » 

Les deux prochains matchs vont être importants ?

« On va se donner à fond, on a vu le niveau de Latuoka contre Madang, on sait qu’on peut, ils sont prenables. Les joueurs de Madang sont arrivés il n’y a pas longtemps, Ils ne sont que 12, je crois. Donc on a notre chance. Après, comme on dit, c’est sur le terrain que l’on verra ça. »

Cela reste une belle expérience ?

« Je crois que cela faisait 15 à 18 ans que Vénus n’était pas sorti de Tahiti. On est motivés, malgré la défaite contre Auckland. Le coach nous avait bien expliqué qu’Auckland n’était pas notre objectif. Notre objectif, c’est Latuoka et Madang. On a un groupe de jeunes, on en a cinq issus de la sélection de Tahiti U19. Cela leur fait du bien de sortir de Tahiti. (…) Il fait un peu frais, 18-20 degrés avec un temps sec, mais ça va. On reste à l’hôtel, qui est à Auckland près de la Sky Tower, pour se concentrer. Peut être après on se baladera un peu. »

 Un dernier mot, un remerciement ?

« Merci à l’As Vénus, à l’entraineur Samuel Garcia, au staff et à toutes les personnes à Tahiti qui nous encouragent sur les réseaux sociaux. Merci aussi à toutes les femmes des joueurs qui nous attendent. Merci aux dirigeants et à la FTF pour ce qu’ils font. Mauruuru. »

Related posts

Comment