FTF.PF > Actualités > A la Une > Foot féminin – Sélection U17 : Vaihei Samin en métropole pour tenter sa chance

Foot féminin – Sélection U17 : Vaihei Samin en métropole pour tenter sa chance

Vaihei Samin et Stéphanie Spielmann

La sélection féminine U17 se prépare à participer a un tournoi de qualification en août prochain pour la Coupe du monde U17 au Paraguay en 2018. En parallèle, après Kyani Wong, c’est au tour de la jeune Vaihei Samin de partir en métropole pour tenter de se faire remarquer. Accompagnée de Stéphanie Spielmann, elle va se rendre à St Etienne, à Paris puis à Strasbourg.

Le football féminin est actuellement en effervescence. Stéphanie Spielmann, chef de projet auprès de la fédération tahitienne de football, accompagnée de Jane Mahiatapu, Pierre-Yves Adam et le reste de l’équipe, peaufinent actuellement une sélection de Tahiti U17. En ligne de mire, la participation en août prochain aux îles Samoa à un tournoi de qualification pour la Coupe du Monde U17, prévue en 2018 au Paraguay.

En parallèle, après Kyani Wong, c’est au tour de Vaihei Samin de tenter sa chance en sport-études en métropole. Accompagnée de Stéphanie, elle va se rendre à St Etienne, à Paris puis à Strasbourg pour tenter de se faire remarquer en participant à divers stages de détection. SB / FTF

Jane Mahiatapu en pleine séance d’entrainement avec les filles de la sélection U17

Parole à Stéphanie Spielmann :

Le travail de sélection se déroule bien ?

« On a un groupe de 27 filles. Fin août, on fera un listing final de 20 filles avec lesquelles on va partir du 29 juin au 6 juillet aux îles Cook pour deux matchs de préparation pendant une semaine. Au mois de juillet, il y aura de nombreux entrainements, elles vont vivre ensemble, dormir ensemble et après on partira aux Samoa pour le tournoi qualificatif pour la Coupe du monde, du 7 au 22 août. »

Tu es confiante ?

« Je suis satisfaite des choix que nous avons pu faire, on a des filles qui ont vraiment envie, cela se ressent. Il y a de la qualité, on fait beaucoup d’exercices techniques. On ne veut pas non plus trop les stresser car elles auront beaucoup de choses à apprendre en peu de temps. On organise des matchs amicaux, par exemple face aux U13 de l’as Tefana. Cela va nous permettre de travailler les lacunes. Je filme et on travaille sur la vidéo avec les filles. »

C’est le dernier entrainement de Vaihei ?

« On commencera par St Etienne. Ce sera bien pour elle d’intégrer des entrainements avec le rythme imposé par des filles qui jouent au niveau national. On enchainera avec Clairefontaine à Paris pour quatre jours de stage national avec les 60 meilleures joueuses de sa génération, devant tous les responsables. On ira ensuite à Strasbourg, elle intégrera le pôle pour des entrainements. Si elle est retenue, elle sera de toute façon avec nous pour le tournoi de qualification U17 puisque l’école ne débute qu’en septembre en métropole. »

 

Vaihei Samin va tenter sa chance en métropole

Parole à Vaihei Samin

Tu vas tenter ta chance en métropole ?

« J’étais déjà allée en France avec les U13 à St Etienne, je m’étais bien intégrée avec les filles de là bas, elles étaient sympa. J’ai hâte désormais d’avoir l’opportunité de jouer avec elles. Je suis très contente. Partir en métropole pour tenter ma chance, c’est un rêve qui se réalise. Je vais tout faire pour rejoindre Kyani. Au passage, je remercie Stéphanie d’avoir fait tout ça pour moi, d’avoir organisé ce voyage. »

 Les choses ont évolué aussi au niveau de la sélection U17 ?

« Oui, beaucoup. Il y a de plus en plus de filles qui jouent bien. C’est top. Cela fait évoluer le foot féminin. Lors des entrainements, on revoit les bases, les contrôles orientés, les courses. On joue parfois contre les garçons U13 de Tefana. »

Un dernier mot, un remerciement ?

 « Cela fait presque 7 mois que je n’ai pas vu Kyani. J’ai hâte de jouer avec elle comme avant. Elle a dû progresser et j’ai pu voir dernièrement qu’elle a pris en masse musculaire (rires). Merci à mon coach, à l’as Tefana et à la fédération tahitienne de football. Merci aussi à mes parents de m’avoir poussée à partir. Mon père est fier, il m’a rappelé la chance que j’avais car quand il était jeune, il aurait rêvé partir là bas. » Propos recueillis par SB / FTF

Related posts

Comment