FTF.PF > Actualités > A la Une > Développement du football Féminin: Consolider les liens avec les îles pour maximiser leur potentiel.

Développement du football Féminin: Consolider les liens avec les îles pour maximiser leur potentiel.

Le festival des îles n’est pas terminé pour tout le monde. En effet, en coulisse de cette onzième édition, Stéphanie Spielmann, responsable du développement du féminin au sein de la Fédération Tahitienne de Football, ainsi que son staff, ont profité de l’ampleur de l’événement pour observer les joueuses de futsal et football et tenter de dénicher, une ou plusieurs des futures représentantes du football Tahitien à l’international. Six joueuses ont donc étés intégrées aux entraînements des différentes sélections pour une observation plus en détail des compétences de chacune.

Stéphanie, peux tu me donner quelques précisions la manière dont se sont déroulées ces détections ?
“Cette année nous avons la chance d’avoir les trois sélections qui partiront en compétition. C’est une première. Les seniors pour les Jeux du Pacifique, les U-19 pour pour les qualifications à la coupe du monde qui se dérouleront aux Iles Cook, et les U-17 en fin d’année. Nous en avons donc profité pour faire quatre jours de regroupement avec ces sélections à l’issue du Festival des Iles. Cette année, la nouveauté est que nous travaillons avec quelques îles depuis plusieurs mois pour élargir notre réseau de recrutement et on a donc pu avoir quatre joueuses de Nuku Hiva, une joueuse de Fatu Hiva et une joueuse de Taha’a.”

Comment as tu découvert ces joueuses ?
“Ces joueuses ont été détectées grâce aux tests mis en place dans leurs îles par les référents avec lesquels nous collaborons, qui nous ont envoyé les résultats. Il y a des joueuses que nous avions déjà pu superviser lors des jeux de Polynésie et nous nous servons également du Festival des îles depuis 2 ans pour suivre leur évolution. Après toutes ces observations, nous en avons gardé quelques unes pour les pré-sélections. “

Comment tu évalues le potentiel des îles ?
“Il y a un potentiel énorme. La difficulté est d’avoir de bons référents dans les îles pour communiquer efficacement et faire avancer les projets. A Raiatea il y a un championnat féminin qui en est à sa deuxième saison et on voit grâce au festival des îles que le football évolue là bas, Taha’a confirme son potentiel de joueuses féminine avec son équipe de futsal. Aux Marquises, avec l’appui de Jeunesse Marquisienne qui travaille aussi bien avec les filles qu’avec les garçons on voit de belles choses, donc notre ambition est de trouver de nouveaux contacts et référents avec les îles, dans l’optique de développement du football féminin et masculin.” 

La potentielle intégration des joueuses des îles dans la sélection nationale est une motivation supplémentaire pour les îliens au développement du football.

Comment s’articule la logistique autour de ces filles une fois sélectionnées ? Ont t-elles assez d’entraînements ou de matchs chez elles pour répondre aux exigences de la sélection ? Doivent elles forcément venir sur Tahiti et intégrer un club ?
“C’est un point très important, que nous abordons au cas par cas. Cela demande beaucoup de travail. Par exemple, pour Nuku Hiva, Christophe Jamoneau de Jeunesse Marquisienne va intégrer les filles dans les entraînements U-15 de l’école de football. Les joueuses vont donc passer de un à trois entrainement par semaine et être dans des conditions optimales pour préparer leurs retours sur Tahiti lors des appels en sélection. Il y a aussi un projet de championnat entre Ua Pou et Ua Huka et Nuku Hiva. Nous travaillons à rendre ce projet viable, ce qui serait un pas en avant considérable dans le développement du football dans les îles en offrant aux joueuses un championnat. Enfin, certaines joueuses seront amenées à venir sur Tahiti pour leurs études donc elles intégreront un club ici. D’une manière générale, l’idée n’est pas de rapatrier les talents sur Tahiti mais dans la mesure du possible améliorer les conditions de football de celles-ci dans leurs îles. Tout ceci se fera de concert entre la FTF, les clubs des îles et leurs éducateurs qui font déjà de très bonnes choses.”

Merci Stéphanie !

Related posts

Comment