FTF.PF > Actualités > A la Une > Pré sélection des Vahine Ura – Le retour de la sélection nationale féminine Tahitienne.

Pré sélection des Vahine Ura – Le retour de la sélection nationale féminine Tahitienne.

Ce mardi 15 mai avait lieu au stade de la FTF le deuxième regroupement des pré-sélections féminines en vue de la future sélection féminine des Vahine Ura. Stéphanie Spielmann nous raconte en détail comment ce sont déroulés les prémices du retour de la sélection nationale féminine du football Tahitien. 

Bonjour Stephanie ! C’est bientôt le retour des Vahine Ura !
“Oui, la dernière sélection date de 7 ans, c’était en 2011. C’est un grand évènement.”

Comment avez vous mis en place cette pré-sélection  ?
“Nous avons fait 2 rassemblements pour pouvoir toutes les observer un maximum, revoir éventuellement celles sur lesquelles on doutait ou voulions des confirmations. Et en proposant deux dates, nous avons maximisé les chances de présence des filles. Nous avons demandé aux clubs d’envoyer leurs meilleurs éléments, beaucoup ont joué le jeu. On a compté 80 candidates. C’est un très bon score. Certaines filles faisaient partie de la dernière sélection senior, et d’autres de la sélection U-17. De l’expérience et de la jeunesse en même temps. En plus de ces filles là, il ne faut pas oublier Kiani Wong et Vaihei Samin qui sont en formation en France et ont leur place en sélection.”

Cette affluence est la récompense du travail de la FTF dans le foot féminin de ces dernières années…
“Oui, c’est çà. Les filles sont quasiment toutes intégrées au championnat de foot féminin, c’est un travail d’équipe entre les joueuses, les clubs, les comités, et la FTF. C’est la suite logique de tout ce que nous mettons en place depuis de nombreux mois, avec des évènements comme le Live Your Goal ou le Hine Festival pour les plus jeunes.”

L’année 2018 est une belle année pour le football féminin, avec l’arrivée du football féminin dans le festival des iles, et désormais le retour de la sélection des Vahine Ura. Cela semble susciter l’intérêt des joueuses de futsal…
“En réalité, elles reviennent… Il manquait d’offre de pratique de football féminin pendant des années sur Tahiti, donc certaines footballeuses sont parties à l’époque jouer au futsal et reviennent désormais jouer au football. Quelques unes d’entre elles sont donc effectivement venues participer à ces présélections.”

Didier Deschamps a annoncé sa sélection pour la coupe du monde de football avec la joie et la peine que cela peut infliger aux joueurs… Ton staff et toi avez la lourde tâche de faire la même chose. Tu as parlé d’une chose intéressante, à savoir le rôle que peuvent jouer ces femmes dans le football même si elles ne sont pas sélectionnées…
“Absolument, la sélection n’est pas une finalité. C’est une expérience sportive extraordinaire mais dans le développement du football féminin il y a de nombreuses portes qui vont s’ouvrir. Il y a des postes à prendre d’éducatrices par exemple et donc des formations à passer. Pour les plus jeunes qui ne seront pas prises, il ne faut pas lâcher car il y a les qualifications coupe du monde pour les U-17 et U-19.”

Quelles sont les prochaines étapes de cette sélection ?
“Cette pré sélection est un premier filtre, nous allons sélectionner la moitié de filles pour un groupe d’environ 40 filles avec lesquelles nous travaillerons jusqu’à mi-juillet. À cette échéance nous ne garderons plus que 25 filles, qui iront jusqu’au bout de la préparation jusqu’à la sélection finale ou il restera environ 20 joueuses qui participeront au qualifications pour la coupe du monde.”
Stéphanie, comment crée-t’on un groupe pour une sélection ? Cela ne se limite pas à choisir les meilleures…
“Pour commencer, Je suis très heureuse d’avoir eu un staff complet sur ces deux journées, et notamment la participation de Laurent Heinis pour les gardiennes. Elles ont eu la chance d’avoir eu un entrainement spécifique. Toutes les joueuses ont pu profiter de la présence d’un staff de qualité avec l’ensemble des cadres de la FTF pour être observée du bon oeil lors de ces pré-selections.
Alors au début quand on a 80 joueuses, on tranche en ne sélectionnant que les meilleures ou bien en éliminant les moins bonnes, en se basant sur l’aspect technique, athlétique et mental par exemple. Ensuite, on resserre l’étau de la sélection. On est plus exigeant et pointu et on s’attarde plus sur les aspects tactiques et la mentalité des joueuses.”

Merci et bonne chance Stéphanie, à toi et ton équipe pour cette sélection !

Related posts

Comment