FTF.PF > Actualités > TOA AITO > Nicolas VALLAR, capitaine des TOA AITO

Nicolas VALLAR, capitaine des TOA AITO


 

Capitaine de la sélection A de Tahiti Nui, Nicolas VALLAR a été un capitaine d’équipe exemplaire aux Iles Salomon pour entraîner ses coéquipiers sur la voie du succès de la OFC Nations CUP 2012.

 

Cette victoire nous ouvre les portes de la Coupe des Confédérations 2013 prévue au Brésil et à laquelle participeront 8 équipes dont le Brésil, l’Espagne, le Japon et l’Italie.

 

En attendant le Brésil 2013, nos TOA AITO (joueurs de la sélection A) affronteront pour une place qualificative à la Coupe du Monde 2014, la Nouvelle Calédonie, la Nouvelle Zélande et les Iles Salomon en matchs aller et retour.

 

FTF.pf vous propose d’apprécier l’état d’esprit qui anime nos joueurs à la veille de ces échéances sportives exceptionnelles. Nicolas VALLAR a bien voulu accepter d’ouvrir le bal des interviews.

 


Interview :

 

Nico, du 15 au 30 juin 2013, tu évolueras avec les TOA AITO (sélection A) certainement face à des joueurs tels XAVI, INIESTA, FABREGAS de l’équipe d’Espagne, PATO, ROBINHO du Brésil ou encore PIRLO de la sélection italienne. Que t’inspire cette future expérience ?

 

Je pense tout d’abord que cet événement est une aubaine pour nous. Pouvoir jouer les meilleurs joueurs du monde n’est pas donné à tout le monde. Quand on sait que même les joueurs évoluant en L1 n’ont pas cette chance, on ne peut qu’être heureux. Cette future expérience ne sera qu’enrichissante et bénéfique pour nous et surtout pour nos jeunes joueurs qui j’espère se serviront de cet éventuel tremplin pour se faire remarquer et intégrer un niveau bien au-dessus de ce qu’ils peuvent connaître aux jour d’aujourd’hui.

 

La FTF mettra en place, à la demande de l’encadrement technique, une préparation de type professionnelle en finançant les congés sans solde des joueurs pendant près de 3 mois. Qu’en penses tu ?

 

A mon avis, il est nécessaire de mettre en place ce genre de dispositif car si on veut essayer d’être le plus performant possible il va de soi qu’il faille se consacrer au moins pendant un laps de temps comme des pros. C’est à dire s’entrainer comme des pros et ne penser qu’au foot. C’est une chance inouïe que l’on a et je suis respectueux des mesures prises par la FTF pour que l’on soit dans les meilleures conditions possibles.

 

A 28 ans comme toi, et avec une telle expérience à vivre, peut on rêver d’autre chose quand on est un joueur amateur d’un petit pays insulaire comme la Polynésie française ?

 

Pour un footballeur, les rêves de jouer au plus haut niveau sont toujours là, s’entrainer au quotidien avec de grands joueurs, dans un grand club, devant des milliers de personnes, etc… Et cette compétition pourra permettre aux joueurs de se faire remarquer car très peu de recruteurs s’intéressent à nos joueurs alors qu’il y énormément de potentiel. Qui sait, pour certain le rêve d’une grande aventure en Europe ou ailleurs leur attend au bout de ce tournoi.

 

Selon toi, quelles sont les forces sur lesquelles reposent les prestations de notre sélection pour faire bonne figure face à des monstres comme le Brésil, l’Espagne, le Japon… ?

 

Je dirai que ce qui fait notre force est d’une part : un groupe jeune et dynamique qui a un peu connu le haut niveau en faisant la coupe du monde U-20 et surtout une solidarité et un mental de fer. En effet, lors de la Nations Cup, les jeunes mettaient leur talent au service de l’équipe et non pas à titre personnel donc une grosse solidarité. Mais aussi des jeunes très à l’écoute des consignes des entraineurs et des joueurs plus aguerris ayant une plus grande expérience. Et je pense que le fait de jouer sans pression pourra être un atout car nous sommes le petit poucet du tournoi donc on va tous vouloir se surpasser.

 

Et les faiblesses ?

 

Le manque d’expérience et de maturité va nous faire principalement défaut. Il est clair que nous n’avons pas les mêmes conditions que ces « montres », c’est à dire le niveau du championnat, condition de vie, d’entrainement et bien d’autres… Et physiquement il va falloir se mettre au niveau.

 

Vous jouerez dans des stades plein à craquer avec plus de 40.000 spectateurs / match, lesquels seront d’ailleurs retransmis en direct dans plus de 199 pays. Comment imagines tu l’ambiance ?

 

Quelque chose de magique. Jouer devant autant de monde dans le pays du football restera à jamais un souvenir inoubliable. Un rêve qui devient réalité pour beaucoup d’entre nous. Mais il ne faudra pas se laisser impressionner par ce genre de détail même si, la 1ère fois, ça risque de l’être. Mais en gros, ça restera gravé dans nos têtes et dans nos mémoires.

 

Tahiti Nui sera le petit poucet de la compétition. Quel est l’objectif sportif raisonnable que nous devons nous fixer ?

 

Je pense qu’il est difficile de se fixer un objectif. Mais je pense avant tout à ne pas être ridicule et ne pas passer pour des peintres comme on dit. Mais si on joue notre jeu il n’y aura aucun problème. Maintenant tout est possible dans le football, faire un nul est aussi envisageable, soyons optimistes.

 

Avant le Brésil 2013, l’issue des 6 prochains matchs internationaux permettra de qualifier le vainqueur pour la Coupe du Monde Brésil 2014. Les 2 premiers matchs sont programmés les 7 et 11 septembre prochains, respectivement aux Iles Salomon et à Tahiti face à la Nouvelle Calédonie.

 Etes vous prêts pour réussir cette nouvelle aventure ?

 

Au vu des entrainements, il est clair que nous sommes dans une phase où l’on s’affute et où l’on règles les derniers détails. Mais je pense que l’équipe est prête et on va essayer de prouver tout ça en faisant deux bons résultats. C’est ce qui va nous conditionner pour la suite des évènements. Et il faut qu’on se mette dans la tête que toutes les équipes nous attendent et veulent nous battre. Il va s’en dire que la compétition sera rude donc à nous de tirer notre épingle du jeu comme on a su le faire lors de la Nations Cup.

 

Les conditions sont elles réunies pour réussir un nouvel exploit des TOA AITO qui nous enverrait à nouveau au Brésil en 2014 ?

 

Il est difficile de dire que toutes les conditions sont réunies. Mais on sait qu’on travaille avec nos moyens et que c’est à nous de s’adapter et de trouver la motivation pour combler à ce manque de moyens même si ce n’est pas évident tous les jours.  L’idéal serait de pouvoir avoir le statut pro dès aujourd’hui et ne se consacrer qu’au foot. Mais voilà on a pas les moyens que toutes ces grandes nations. Faisons abstraction de tout ça et restons concentrer.

 

FTF.pf vous proposera les prochains jours de connaître les impressions des TOA AITO expérimentés et de nos jeunes talents.

 

Ainsi, Xavier SAMIN (gardien de but – AS. TEFANA), Angelo TCHEN (défenseur – AS. TEFANA), Jonathan TEHAU (milieu de terrain – AS. TAMARII FAAA), Alvin TEHAU (attaquant – AS. TEFANA), Steevy CHONG HUE (attaquant – AS. DRAGON) et Teaonui TEHAU (attaquant – AS. VENUS) seront invités à participer à cet exercice.

 

  

 


Related posts

Leave a comment

Comment