FTF.PF > Actualités > A la Une > Football – Ligue 1 : Central, le titre après 33 ans d’attente ?

Football – Ligue 1 : Central, le titre après 33 ans d’attente ?

Le titre est désormais quasiment acquis pour Central

L’avant-dernière journée du championnat de Ligue 1 s’est déroulée ce week end. Tefana (2e) et Dragon (3e) ont remporté largement leurs matchs respectifs. Le leader Central s’est imposé 2-1 contre Vénus, une courte victoire qui lui assure quasiment le titre de champion de Tahiti 2017-2018. Le prochain match Dragon-Tefana du 19 mai prochain sera déterminant pour la deuxième place.

Le championnat de Ligue 1 pour la saison 2017-2018 a débuté en septembre dernier. Au programme, trois phases de neuf journées chacune. Les dix équipes composant l’élite du football polynésien se sont affrontées tout au long de ces 26 journées, il n’en reste plus qu’une, la 27e journée, prévue les 18 et 19 mai prochain.

Le titre aura été incertain quasiment jusqu’au bout, mais désormais Central peut toucher du doigt le titre de champion qu’elle n’a pas eu depuis trente-trois années (1985). Avec trois points d’avance sur Tefana et cinq sur Dragon et une rencontre à venir contre les jeunes de la sélection U19, Central est quasiment assuré d’être champion de Tahiti 2017-2018.

La deuxième place, qualificative comme la première pour la Ligue des champions OFC 2019, se jouera le 19 mai entre Dragon et Tefana. En concédant le nul la semaine dernière dans les arrêts de jeu face à Central, Dragon s’est mis dos au mur et devra gagner contre Tefana pour arracher la deuxième place.

 

Central a pu inscrire deux buts en première mi-temps

Central gagne 2-1 face à Vénus

C’est Central qui se procure les premières occasions franches de la rencontre, grâce à un jeu posé et efficace. Mais c’est sur une approximation du gardien de but de Vénus, qui voit la balle lui passer entre les jambes, que le premier but va être marqué par Jess Horoi, le n°8 de Central. 1-0 à la 27’.

Pas de chance pour Vénus, suite à une mauvaise relance, Jess Horoi marque de nouveau, de la tête cette fois-ci, à peine quatre minutes plus tard (31’). Mais cette fois-ci Vénus réagit rapidement. Tefai Faehau, dans l’axe, adresse une frappe lointaine et pure qui trouve le chemin des filets : 2-1 à la 33’. Samuel Garcia, le coach de Vénus, exhorte ses joueurs « gardez la balle ! »

Et c’est un peu ce que l’équipe s’efforcera de faire tout au long de la deuxième mi-temps, en continuant à pousser pour tenter de marquer. Mais le n°6 centralien Gaetan Sanchez fait la loi au milieu du terrain, le capitaine Matatia Paama, le défenseur central, est intraitable et rien ne passe. On pense que Vénus va flancher et encaisser un troisième but en contre-attaque, il n’en sera rien. Les bleus de Mahina continueront à maintenir sous pression Central jusqu’au coup de sifflet final. SB / FTF

 

Parole à Matatia Paama :

Ton analyse du match ?

« Un match compliqué quand même, avec une équipe de Vénus qui ne lâche rien. Nous on a joué au mental. On savait que Vénus n’allait rien lâcher. En deuxième mi-temps, cela a été un peu plus compliqué. Le coach nous avait dit que cela allait se jouer dans la tête, qu’il fallait que l’on joue notre jeu et qu’on reste simple. C’est ce qui a marché pour nous. »

Le titre de champion est quasiment acquis ?

« Il nous reste un match mais on peut dire qu’on est champions. Trente-trois années que le club attend ça, c’est beaucoup quand même. Il y en a qui n’ont jamais été champions dans le groupe, donc ce titre ce sera pour eux et pour nos familles. »

Une fierté de porter ce maillot ?

« Complètement. On va dire que cela fait cinq ans que je suis dans le club. J’étais déjà là aussi en tant que jeune, cela fait chaud au cœur. Ce titre, il vient de loin. On a rien lâché depuis le début d’année. Le coach nous avait dit, en début de championnat, qu’avec cette équipe on pouvait aller chercher le titre. »

Votre régularité a payé ?

« On a été réguliers, il fallait qu’on reste sérieux aux entrainements. C’est vrai qu’il y a eu des hauts et des bas mais on a su gérer ça. Merci aux copains, les dirigeants et surtout la famille car ce n’est pas évident, tous les soirs on est à l’entrainement, on termine tard…Mauruuru. » Propos recueillis par SB / FTF

Related posts

Comment