FTF.PF > Actualités > A la Une > Football Féminin: Les Vahine Ura de retour dans l’histoire

Football Féminin: Les Vahine Ura de retour dans l’histoire

Sept ans. C’est le temps qu’il aura fallu à la sélection féminine tahitienne pour renaître de ses cendres. Six mois. C’est la durée qu’auront eu Stephanie Spielmann et son staff pour recréer de toutes pièces un nouveau groupe de Vahine Ura. Des journées de pré-sélection aux matchs amicaux contre les Îles Cook, en passant par les stages de préparation, jusqu’au départ pour les qualifications à la Coupe du Monde de football féminin dans quelques jours, retour sur l’aventure de la sélection. Celle de dix-neuf joueuses qui partiront bientôt en Nouvelle-Calédonie pour la Nation’s Cup, écrire une nouvelle page de l’histoire du football polynésien.

Préparer une équipe.

La première tâche de tout entraîneur est de savoir quels sont les joueurs qui vont avoir leur place dans l’effectif et qui conviendront au plan de jeu. Mais celle d’un sélectionneur d’une équipe nationale nécessite de s’attarder sur certains détails à l’importance capitale. Au delà des capacités techniques, physiques et athlétiques, qui sont souvent prioritaires, des joueuses et joueurs de sélection devront répondre à d’autres critères. Résistance psychologique à la compétition, gestion d’un emploi du temps chargé avec la vie de famille et le travail… Les Vahine Ura sont des joueuses, mais aussi des femmes, parfois des mères, et toutes ne pourront pas concilier vie de famille et football de haut niveau. Le sélectionneur doit s’y préparer et savoir choisir quelles sont les joueuses taillées pour l’aventure. Une aventure de plusieurs mois qui a commencé le vendredi 11 mai lors des pré-sélections où pas moins de quatre-vingt joueuses se sont présentées…

Stéphanie, peux-tu m’en dire un peu plus sur la manière dont toi et ton staff avez façonné cette équipe ?

« Dans un premier temps, nous sommes entrés en contact avec tous les clubs de football, ainsi que certains comités, afin qu’ils nous envoient leurs meilleurs éléments. Puis nous avons procédé en plusieurs phases. Une phase de pré-sélection avec des tests physiques et techniques, ainsi que des oppositions de manière à faire ressortir les meilleurs profils. Nous avons retenu quarante joueuses que nous souhaitions revoir sur plusieurs semaines afin de resserrer l’étau de la sélection. Pour la double confrontation face aux Îles Cook, nous étions rendus à vingt-cinq joueuses. Notre choix final s’est arrêté sur dix-neuf joueuses. »

Préparer les joueuses.

Une fois la sélection faite, il faut donner une dimension au groupe, lui donner une âme, et faire jouer et s’entraîner les joueuses ensemble. Bien qu’elles se connaissent plus ou moins toutes, elles n’ont pas forcément déjà joué du même côté. Kiani Wong par exemple, joue en France, les autres dans le championnat local en U-23 ou en Senior. Cependant, les plus jeunes évoluent ensemble depuis maintenant deux ans à travers la sélection U-17. Séances d’aquabike cardio, de circuit-training, de judo, en plus des entraînements classiques, ont étés les ingrédients saupoudrés par Stéphanie Spielmann et son staff pour rajouter le liant à la recette des Vahine Ura. Il faut aussi préparer mentalement les joueuses. Tableau blanc, analyse vidéo et préparation à la gestion du stress…

Préparer les matchs.

Le dernier match en compétition des Vahine Ura date de 2011. Celles-ci vont quitter le Fenua pour partir jouer à l’étranger contre de nouveaux adversaires dont elles ignorent le niveau et les joueuses décisives…

Stéphanie, comment prépare-t’on une équipe à affronter des adversaires dont on ignore totalement le niveau, les joueurs clés ou les plans de jeu?

« Effectivement, nous n’avons pas d’idée précise du niveau des Vahine Ura par rapport aux autres nations océaniennes. Bien sûr, la Nouvelle-Zélande, vingtième mondiale est l’ogre de la compétition, par contre, nous avons battu coup sur coup les Îles Cook. Nous sommes entre les deux, et la Nation’s Cup va nous permettre d’affiner notre position. »

Je sais que tu attaches une attention particulière à l’aspect tactique du football, peux-tu m’en dire un peu plus?

« En effet, je pense que ça peut être l’une de nos forces. La tactique permet notamment aux joueuses de répondre à certaines situations, non pas de manière spontanée mais de manière réfléchie et organisée. Ce sont ces détails qui peuvent s’averer déterminants en match. »

Préparer l’avenir.

La nouvelle sélection des Vahine Ura partira le 14 novembre en Nouvelle-Calédonie pour participer à la Nation’s Cup, qui sert de qualification pour les pays océaniens à la Coupe du Monde 2019 qui se déroulera en France. En Océanie, seulement une place est qualificative. Autrement dit, l’équipe qui remporte la Nation’s Cup part à la coupe du monde. Et à ce petit jeu, c’est la Nouvelle-Zélande qui truste la première place depuis les trois dernières éditions (2007-2010-2014). L’ogre néozélandais peut-il être battu ? Que peut espérer la sélection tahitienne à cette Nation’s Cup? Stéphanie Spielmann nous répond:

« L’une de nos principales difficultés à été de redonner le goût à la compétition à ces joueuses et de les familiariser avec les exigences qu’elle nécessite. Rattraper sept années de non-compétition en six mois fut une tâche ardue, mais j’ai pu m’appuyer sur un staff solide (NDLR: Pierre-Yves Adam, Delphine Espérance, Laurent Heinis, Julien D’Hervilly) et sur des joueuses courageuses et volontaires. Le groupe dans lequel est tombé Tahiti est difficile, mais nous avons déjà réalisé de belles choses en seulement six mois. J’ai confiance en mes filles pour donner le meilleur d’elles-mêmes et représenter le pays de la meilleure des façons. »

 

Après les U-17, la FTF relance la sélection senior A féminine et partage l’ambition de la FIFA de développer le football féminin. Aujourd’hui, la FIFA n’accorde qu’une place océanienne pour la coupe du monde féminine car l’écart de niveau entre la Nouvelle-Zélande et les autres pays de la zone Océanie est trop important. Aux Vahine Ura de réduire l’écart avec la Nouvelle-Zélande et montrer qu’une seconde équipe océanienne a sa place en Coupe du Monde. Il faudra peut être plusieurs Nation’s Cup, mais la machine des Vahine Ura est en marche et on ne peut que souhaiter qu’elle aille le plus loin possible.

Rendez vous samedi 17 à 20h (dimanche 18 à 17h, heure locale), pour le prochain match des Vahine Ura contre la Nouvelle Caledonie !

Related posts

Comment