FTF.PF > Actualités > A la Une > FDI 2018: Football féminin – La jeunesse s’incline face à l’expérience.

FDI 2018: Football féminin – La jeunesse s’incline face à l’expérience.

L’édition 2018 de ce Festival des Îles marque l’arrivée du football féminin au programme des compétitions. Avec pas moins de treize équipes, dont trois venant des îles, Raiatea, Huahine et Moorea.

Après avoir dominé leurs poules et franchi avec brio les phases finales, Te U’i Tefana et l’AS Tefana se retrouvent en finale pour un derby 100% Tefana. Un derby croustillant car opposant d’un côté l’expérience de « l’ancienne » génération des Te U’i Tefana et de l’autre la fougue et la fraîcheur de « la jeunesse » de l’AS Tefana et de ses nombreuses Tamahine Ura. Un niveau de jeu élevé pour cette finale mais ponctuées de quelques imprécisions devant le but, ainsi que l’intervention de la barre transversale pour renvoyer les joueuses au vestiaire à la pause sur un score nul, zéro à zéro.

À la pause le coach de Tefana ne manque pas de donner les consignes à ses joueuses.

La seconde mi-temps sera toujours aussi indécise, chaque équipe pouvant ouvrir le score et faire basculer la finale en sa faveur. Mais c’est finalement une faute dans la surface de l’AS Tefana qui va donner l’occasion à Te U’i Tefana d’ouvrir le score. Laelia PETIT se charge de transformer le penalty qui sera le seul but de la finale. Te U’i Tefana remporte donc le premier Festival des Îles dans la catégorie football féminin.

 

Laelia Petit nous dis quelques mots sur son premier Festival des Îles et la prestation de son équipe.

Bonjour Laelia, quel est votre sentiment à toi et l’équipe après cette victoire ?
“Nous sommes toutes très heureuses d’avoir remporté ce titre, surtout pour cette première édition avec le football féminin.”

Comment avez vous préparé ce Festival des Îles ? C’est un tournoi éprouvant avec des matchs très rapprochés …
“Oui en effet, entre les matchs chaque jour et la chaleur, ce n’était vraiment pas évident, mais on s’est surtout préparées mentalement. On savait que ça n’allait pas être facile mais qu’il fallait tenir psychologiquement et tout donner sur une semaine. Physiquement, on a essayé de trouver des moyens de récupérer au mieux en allant à la rivière mettre nos jambes dans l’eau froide ou encore en faisant un petit cours d’aquabike en milieu de compétition.”

Te U’i Tefana c’est plus qu’un club, c’est une famille…
“Oui, Te U’i Tefana c’est une association familiale qui vit pour le football féminin depuis plusieurs années. Trois soeurs jouent dans cette équipe, leur maman en est la presidente et était gardienne de la sélection de Tahiti. Une cousine fait partie de l’équipe et la belle soeur était notre coach/dirigeante cette année.”

En finale vous avez affronté l’AS Tefana. Dont une partie des Tamahine Ura. C’était le match le plus difficile du tournoi?
“Oui il est clair que c’était le match le plus difficile du tournoi, avec celui de Papara. C’était le dernier, nous avions joué la demie finale le matin mêm, et l’enjeu rendait le match crucial. En plus de ça, c’était un “choc” des générations entre les jeunes de Tefana qui pour la plupart font partie des tamahine ura et qui s’entraînent régulièrement et nous qui sommes plus âgées et moins affûtées physiquement.”

Il ne reste que le titre de champion de Tahiti à aller chercher et c’est la saison parfaite…
“Oui ce serait génial de faire le doublé et de remporter le championnat ! Ça ne va pas être facile mais on y croit. Ca risque de se jouer à pas grand chose…”

Merci Laelia ! Bonne fin de saison!

Related posts

Comment