FTF.PF > Actualités > A la Une > Hine Festival: Kiani Wong, une marraine d’exception.

Hine Festival: Kiani Wong, une marraine d’exception.

Ce mercredi 28 février au stade de l’AS Dragon avait lieu la première édition du Hine Festival. Destinée exclusivement aux jeunes joueuses U-11 et U-13 du secteur Centre et Est, organisée par la Fédération Tahitienne de Football. Parrainée par Kiani Wong, encadrée notamment par les Tamahine Ura (la sélection féminine Tahitienne des moins de 16 ans) et l’équipe féminine de Dragon, les jeunes joueuses venues pour l’occasion allaient se donner à fond devant les meilleurs exemples de réussite footbalistique féminin du Fenua.

Différents ateliers sont proposés et tous les quarts d’heure sonne la rotation des équipes d’un atelier à l’autre, non sans une pause hydratation indispensable, puis vient l’heure des matchs… Stéphanie Spielmann nous en dit plus sur l’objectif du Hine Festival et ses ambitions, et Kiani sur sa première expérience d’encadrement…

Interview de Stéphanie SPIELMANN, Chef de Projet du Football Féminin à la FTF

Bonjour Stéphanie, qu’est ce qui a motivé la FTF à créer ce genre d’événement ?

On s’est aperçu qu’il y a beaucoup de filles qui s’entraînent et jouent en mixité, et arrivée U-11 U-13, elles cherchent un peu leur place. Les garçons courent plus vite et il y a moins de copines pour jouer avec elles, donc on a voulu mettre en place cette opération pour les réunir plusieurs fois dans l’année pour qu’elles puissent s’entraîner et jouer entre filles. C’est également un moyen de fidéliser les plus jeunes licenciées.

Comment s’est passé cette édition?

Je suis très contente, la majorité des clubs a répondu présents. Le mois prochain on va partir sur la côte ouest, puis en mai à Moorea. C’est une réussite pour une première édition! Je suis d’autant plus satisfaite qu’en plus d’avoir des petites sur le terrain j’ai énormément d’éducatrices car toutes les joueuses de l’AS dragon sont là, ainsi que quelques filles de la sélection des Tamahine Ura et nous avons la chance d’avoir comme marraine d’exception Kiani Wong qui est la première Tahitienne à être partie en métropole et qui y est toujours.

C’est important d’avoir ce genre d’ambassadrice ?

Exactement, parce que les filles ont besoin de se projeter. Pour l’instant elles sont encore dans le plaisir et c’est pour cela qu’on entend plein de rires ! Mais elles doivent aussi se dire que le football ça peut les amener à voyager, à partir en sélection, et avec du travail et l’aide des clubs comme l’AS Dragon le fait aujourd’hui, elles pourront peut être en faire un peu plus que leur passion…

Interview de Kiani WONG, joueuse de haut niveau et marraine de l’évènement

Bonjour Kiani, bon retour à Tahiti. Tu es heureuse d’être ici à Dragon aujourd’hui ?

Oui très heureuse, Ça fait du bien de revenir au Fenua!

Quelques mots sur la France ou tu t’entraînes ?

J’ai entamé ma deuxième année en France et le football là bas me plaît. C’est du haut niveau, c’est plus physique, c’est plus strict et on s’entraîne tous les jours, mais ça aide énormément et je sens ma progression. Ça se passe très bien.

Aujourd’hui tu ne joues pas mais tu encadres les jeunes pour ce premier Hine Festival, c’est un rôle important pour toi ?

Je suis contente d’encadrer des filles. C’est la première fois pour moi. J’aimerais bien transmettre tout ce que j’apprends en France quand je reviendrai au Fenua. Beaucoup de chose sont faites pour les garçons mais plein de petites filles ont envie de jouer au football aussi.

C’est important des journées comme celles ci ?

Oui c’est bien de faire jouer des filles contre des filles. Physiquement c’est différent, aujourd’hui elles peuvent se lâcher et s’amuser et c’est important de se faire plaisir en pratiquant sa passion.

Tu es la marraine de cet événement, as tu un petit mot pour les jeunes joueuses qui veulent suivre tes pas ?

Je suis très contente d’avoir été choisie pour être marraine du Hine Festival. Ce que je veux dire aux filles aujourd’hui c’est de ne pas arrêter le football. On peut aller loin grâce au football, même en venant de Tahiti. Il faut faire preuve de motivation et de persévérance.

Merci Kiani, bonne continuation !

Kiani finira sa journée par une impressionnante séance d’autographes à laquelle toutes les jeunes joueuses se sont présentées. Beaucoup d’entre elles rêvent de vivre l’expérience de leur idole du jour et il ne fait aucun doute que les actions telles que le Hine Festival y contribueront.

Jérôme Brouillet

Related posts

Comment