FTF.PF > Actualités > A la Une > Formation: 16 stagiaires ont participé à la formation FIFA Coaching Futsal

Formation: 16 stagiaires ont participé à la formation FIFA Coaching Futsal

Juliano SCHMELING entouré des stagiaires polynésiens ©KK/FTF

La FTF a accueilli Juliano Schmeling, instructeur FIFA pour le Futsal, du 24 au 28 septembre, dans le cadre d’une formation dédiée aux entraîneurs polynésiens de cette discipline. 16 stagiaires ont participé à cette formation parmi lesquels des représentants des comités futsal de Tahiti et des îles de Taha’a, Raiatea, Bora Bora Tubuai, Raivavae et Nuku Hiva. Juliano a accepté de nous accorder une interview que nous avons le plaisir de vous livrer.

Juliano, parlez-nous de vous, de votre parcours !

« Je suis né au Brésil que j’ai quitté en 2011 pour m’installer en Nouvelle Zélande dans le but de développer le Futsal dans les îles du Pacifique. Durant 7 ans,  j’ai vécu en Nouvelle Zélande, en Australie, aux îles Salomon et j’ai beaucoup voyagé dans le Pacifique Sud pour m’imprégner de la région et parfaire mes connaissances.

En 2014, j’ai été nommé Instructeur FIFA pour le Futsal et j’ai commencé à animer des formations en Papouasie Nouvelle-Guinée, au Vanuatu, à Samoa, en Nouvelle Calédonie et aujourd’hui à Tahiti.

Ma dernière mission avant de m’engager complètement dans mon rôle d’Instructeur a été de diriger l’équipe nationale de Futsal des Salomon pour les qualifications de la Coupe du monde 2016. 

J’ai décidé ensuite de m‘installer en Nouvelle-Zélande et d’offrir une stabilité à mon épouse, elle-même néo-zélandaise, et à notre enfant. Nous sommes installés à New Plymouth où je propose des formations, dans le cadre de mon club.»

Quels sont les principaux objectifs de votre intervention à Tahiti ?

Juliano SCHMELING a prodigué ses conseils aux futurs coaches de futsal ©KK/FTF

« Mon intervention est exclusivement dédiée aux coachs. Mes motivations premières sont de :

  • améliorer les pratiques du coaching
  • apporter un maximum de connaissances à ces coachs et leur donner des outils
  • fédérer les coachs autour d’objectifs et de plans communs
  • effectuer un travail de proximité avec eux
  • créer une connexion durable

C’est ambitieux en une petite semaine, mais j’ai le sentiment que nous avons avancé. »

Quelles sont vos impressions sur le niveau des participants ?

« J’ai désormais une bonne connaissance et une bonne visibilité du niveau des Pays du Pacifique Sud. J’ai été agréablement surpris par le niveau de motivation et d’ouverture des coachs avec lesquels j’ai travaillé cette semaine. Ils ont déjà de nombreuses connaissances et l’expérience des compétitions, ce qui n’est pas toujours le cas des Pays voisins. Nous avons beaucoup échangé et c’était très positif. »

Que pensez-vous du niveau des joueurs polynésiens ?

« J’ai noté une nette amélioration du niveau des joueurs polynésiens.  Ils sont forts physiquement comme mentalement et ils sont très disciplinés. C’est une valeur essentielle pour le développement de ce sport. Je crois également qu’une des clés d’un développement durable de cette discipline est liée à l’amélioration des infrastructures. Le fait d’être doté d’un complexe permettant de recevoir des compétitions internationales peut donner une réelle impulsion.

Je souhaite vraiment voir Tahiti se qualifier en 2019 et j’encourage chacun à travailler dur dès à présent autour d’un plan de préparation solide et ambitieux».

Juliano, quelles sont vos motivations pour être coach ? Pourquoi avoir choisi cette voie ?

« Je suis professeur de formation initiale ! J’ai étudié à l’université pour devenir Professeur d’éducation physique et je me suis spécialisé ensuite afin d’accompagner les joueurs de football et de fustsal. J’ai enseigné durant 10 années au Lycée. J’aime ce métier, car je mesure immédiatement les retours de mon action et c’est très gratifiant. J’aime également apprendre, et notamment les langues. Je parle le portugais, l’espagnol, l’anglais et j’ai bien l’intention d’apprendre le français ! Enseigner, aux jeunes comme aux adultes est une passion, que j’ai la chance de vivre à travers le sport ».

Les stagiaires posent fièrement avec leurs attestations FIFA ©KK/FTF

Related posts

Comment