FTF.PF > Actualités > A la Une > Football – As Jeunes Tahitiens : Retour en Ligue 1 pour la ” vieille dame “

Football – As Jeunes Tahitiens : Retour en Ligue 1 pour la ” vieille dame “

L'as JT fêtera son centenaire en 2023

L’as Jeunes Tahitiens, née en 1923, est le plus ancien club de football de Polynésie française. Vainqueur du championnat de Ligue 2 2017-2018, il sera promu en Ligue 1 la saison prochaine. Mike Henry, responsable de la section football de l’as JT, compte bien surfer sur cette remontée pour redynamiser le club. Parti de presque rien il y a 3-4 ans, Central est devenu champion de Ligue 1 cette année, un exemple à suivre pour Mike Henry.

Mike Henry, responsable de la section foot à l’as JT

Parole à Mike Henry :

Quelques mots sur ce club ?

« Le club a une très longue histoire. On a écrit sur nos tee-shirts « objectif 2023 » qui rappelle à tout le monde que ce sera notre centenaire bientôt, ce qui fait de nous la vieille dame du football polynésien. On a eu beaucoup de grands hommes, de grandes femmes. JT a connu des hauts et des bas, comme tout club. On est un club omnisport, il n’y pas que le football. Il y a le basket, la boxe, le hand ball…Le basket est important à JT, avec la famille Thunot qui s’en occupe. Le football reste le fer de lance, c’est avec lui qu’on a démarré en 1923. »

Un palmarès éloquent en football ?

« Ah oui, la grande époque a été celle de la moitié des années 80. JT avait fait le doublé championnat-Coupe à Tahiti. JT avait participé à la Coupe de France à l’époque. C’est l’époque de notre président Thierry Ariiotima et de sa « belle patte ». C’est l’époque de grands noms qui font l’âme de notre club aujourd’hui, Victor Sienne, Reynald Temarii qui a été ministre des sports et qui est un enfant de JT…»

L’équipe de la grande époque avec Thierry Ariiotima et Reynald Temarii, entre autres..

Le bilan de cette année ?

« Il y a 18 mois, Thierry m’a demandé de venir. Il y a également Xavier Arrighi qui est le recruteur du club. On s’est donné un projet, par rapport à notre centenaire, celui de gagner le championnat de Ligue 1. On a pu, suite à cette première phase de 18 mois, sortir de la division 2 qu’on arrivait pas à quitter depuis 10-12 ans. On a fait ce travail en rajeunissant considérablement l’équipe. »

« On a pu gagner la Ligue 2 cette saison 2017-2018, ce qui nous permet de retourner parmi l’élite la saison prochaine. On a également gagné la Coupe de Ligue 2 et nous sommes arrivés jusqu’en demi-finale de la Coupe de Tahiti Nui où on a pu titiller le grand Dragon de Titioro. Ils nous ont mis un petit but à la 89’. On est là pour faire des choses sérieuses. Dans les années à venir, il est question de se stabiliser en Ligue 1, c’est là où on doit rester, pas question de faire le yo-yo. »

Que mettre en œuvre pour cela ?

« On a analysé les choses, comme dans tout club, il faut des éducateurs formés pour avoir une école de foot digne de ce nom qui nous donnera nos joueurs de demain. Ça c’est le travail à long terme. Certains de nos joueurs sont ainsi devenus éducateurs, entraineurs. Jean Paul Vitale a été nommé directeur technique pour les trois prochaines années, pour organiser techniquement ce club. A plus court terme, il fallait recruter. On a peut-être pas fait le bonheur de tout le monde en allant chercher des joueurs à gauche et à droite mais nous sommes passés d’une moyenne d’âge de 42 ans à 22 ans d’une saison à l’autre. On devra recruter encore, ce n’est jamais fini. »

Une histoire riche et un palmarès éloquent

Comment attirer ces joueurs ?

« Je suis plus pour aller chercher des joueurs de 18-19-20 ans que d’aller chercher des joueurs confirmés. Certains jeunes voudraient avoir leur chance, à l’image de ceux qui font partie de la sélection U19. Rainui Nordman, Hugo Boube, Yann Vivi sont trois joueurs qui sont déjà au club. On discute avec cinq-six autres joueurs. Le problème, c’est qu’à Tahiti nos joueurs ne sont pas professionnels. On est donc là également pour faire en sorte qu’ils aient un métier, qu’ils puissent vivre correctement et pratiquer leur sport avec une liberté d’esprit. »

Central est un exemple ?

 « Sans vouloir paraître prétentieux, je souhaite que JT puisse jouer la Ligue des champions OFC. On souhaite aller au plus haut niveau. Central est un très bel exemple. J’ai d’ailleurs joué contre le grand Central de l’époque. J’ai connu Central tout en haut et tout en bas. Mr Haeraaroa a fait un travail exemplaire puisqu’ils sont revenus au plus haut niveau. Je veux moi aussi faire comme ça. Je veux que JT retrouve sa place, là-haut. C’est possible et nous allons le faire. »

Un dernier mot, un remerciement ?

« Mauruuru JT. Je ne suis pas un enfant de JT mais ma famille l’est. Dans les vieilles photos, il y a certains membres de ma famille. C’est ce qu’il y a de formidable à JT. C’est juste une grande, belle famille tahitienne. » Propos recueillis par SB / FTF

Related posts

Comment