FTF.PF > Actualités > A la Une > Festival des îles – Charles Ariiotima « Un coup de chapeau aux Marquises »

Festival des îles – Charles Ariiotima « Un coup de chapeau aux Marquises »

Charles Ariiotima, directeur des compétitions à la FTF

La 11e édition du Festival des îles se déroulera à Tahiti du 8 au 13 avril. Pas moins de 2000 personnes dont 700 femmes sont attendues, issues de 26 îles des archipels de Polynésie française. Charles Ariiotima, de la fédération tahitienne de football, a pu nous ouvrir les coulisses de l’organisation de cet événement exceptionnel. En ouverture du Festival, le public pourra assister le 7 avril au quart de finale de la Ligue des champions OFC qui opposera l’as Central au club calédonien de Magenta.

Parole à Charles Ariiotima, directeur des compétitions au sein de la FTF :

Quelques mots sur le Festival des îles ?

« De toutes les fédérations, nous sommes une des rares à réunir les champions de tous les archipels. Nous réunissons les 110 meilleures équipes de la Polynésie. Le Festival des îles est aussi le tournoi qui réunit le plus de femmes sur un événement sportif. De nombreuses îles habitées sont concernées. Cinq aux Marquises, cinq aux îles sous le vent, quatre aux îles Australes, Moorea, Tahiti, les Tuamotu et une des Gambiers…26 au total. Dans chaque île, nous avons nos référents qui sont les présidents des comités de futsal ou les présidents de district de football. Ils organisent dans leur île leur propre championnat et les champions participent au Festival des îles. »

Un événement qui permet aux îliens de se rencontrer ?

« Oui, on a mis ça en place pour sortir les gens des îles de leur isolement. Certains n’ont jamais pris l’avion. C’est une chance pour eux de venir à Tahiti pour rencontrer les gens des autres archipels. On prépare cet événement chaque année depuis octobre, novembre. Puis à partir de janvier, on demande les confirmations aux équipes participantes en avril. Ils envoient le nom de leurs équipes au comité d’organisation basé à Tahiti. »

« Cela fait pratiquement 12 ans que le comité fonctionne bien, car les membres connaissent bien leur rôle. On change les personnes rarement. C’est ce qui nous facilite un peu la tâche. Surtout que ce comité gère les deux ou trois grands évènements que l’on a chaque année. C’est notre force à la FTF. Ce sont les mêmes qui gèrent la sécurité, l’hébergement, la restauration, les compétitions, le protocole, les bénévoles… »

Pas moins de 2000 personnes participantes

Qu’est ce qui est le plus difficile à gérer ?

« Le plus difficile à gérer, ce sont le transport aérien, l’hébergement et la restauration. C’est là qu’il y a un gros travail. Pour l’hébergement, nous sommes obligés de solliciter le Lycée du Taaone, le Lycée Aorai, le collège…Il y a un gros budget pour la restauration, pour nourrir toutes ces personnes. Le transport aérien est à la charge des équipes. La fédé prend en charge les transports terrestres, l’hébergement et les repas. Les îles qui viennent prennent en charge le transport aérien, ce qui n’est pas évident pour eux, connaissant les tarifs des billets d’avion. »

Comment ils résolvent ce problème ?

« Ce qui est bien avec les îles, c’est qu’ils mettent les moyens humains pour faire une chaine de dons ou autre. Aux Tuamotu, ils font du coprah pour le vendre et payer leur billet, aux Marquises ils vont à la pêche, à la chasse et envoient leurs produits à Tahiti à la vente. Aux Australes, ils organisent des ventes de plats, des bals pour payer leur billet…Un billet pour les Marquises, avec la réduction, coute environ 50 000 xpf. Le plus petit budget, Huahine par exemple, c’est presque 500 000 xpf qu’il faut réunir. Ce n’est pas évident. »

Une anecdote, une équipe qui sort de l’ordinaire ?

« Je vais tirer un coup de chapeau aux Marquises. Rien qu’en billets, c’est environ 1,3 million xpf. Réunir cette somme demande un an d’investissement contrairement à d’autres qui s’y prennent au dernier moment. Ils sont unis et solidaires. Par solidarité, les équipes de Tahiti sont chargées de vendre les Pass d’accès aux compétitions. »

Beaucoup d’émotions lors de cet évènement sportif important

Comment les gens de l’extérieur, la Fifa, voit ce Festival ?

« Il y a un mois environ, un article qui parle du Festival des îles est sorti sur fifa.com. C’est fou de voir que l’événement d’un petit pays arrive jusqu’à la Fifa. Nos copains de l’Océanie ont également beaucoup entendu parler du Festival des îles. Les responsables des fédérations de l’Océanie seront à Tahiti pendant le Festival pour un séminaire, avec également la présence de Patrick Pion, le directeur technique national adjoint de la fédération française de football. »

Les bénévoles sont également nombreux ?

« Si la fédé peut organiser ce genre d’événement, c’est grâce à son réseau de bénévoles. Quand on les appelle, ils viennent. Pour cette année, on tourne avec 300 bénévoles. Sans les bénévoles, pas de Festival des îles donc un grand merci à eux. Je rajouterais que cela fait trois ans maintenant qu’on essaye de permettre aux gens des îles de voir un match international. Cette année, ils auront la chance de voir le quart de finale de la Ligue des champions OFC opposant l’as Central et l’as Magenta, le club calédonien, le dimanche 7 avril en ouverture du Festival. »

Un dernier mot, un remerciement ?

« On compte bien évidemment sur le public de Tahiti, notamment les îliens qui vivent à Tahiti, pour venir à la rencontre de ces gens des îles qui font l’effort de venir nous voir, venez profiter de la super ambiance ! Ne manquez pas non plus le quart de finale entre Central et Magenta. Les Pass sont à 2000 xpf pour huit jours de compétition, le Pass journalier est à 500 xpf. Venez nombreux ! » Propos recueilli par SB / FTF

Les Marquises sont bien représentées lors du Festival des îles

Related posts

Comment